mardi 11 février 2014

Une planète dans la tête, de Sally Gardner chez Gallimard Jeunesse

Une planète dans la tête, de Sally Gardner chez Gallimard Jeunesse
 Titre :  Une planète dans la tête
 Auteur :  Sally Gardner
 Editeur :  Gallimard
 Collection : Jeunesse
 Date de sortie:   26 Septembre 2013
 Nb de pages :  254 pages
 Prix : 14€90



Résumé:

Depuis que ses parents ont dû fuir la répression d'un gouvernement brutal, Standish vit avec son grand-père dans la « zone 7 », celle des impurs, privés de tout, surveillés en permanence... Dyslexique, il subit à l'école brimades et humiliations jusqu'au jour où il se lie d'amitié avec son nouveau voisin, Hector. Ensemble, ils rêvent de s'évader sur Juniper, la planète qu'ils ont inventée. Mais Hector et ses parents disparaissent sans laisser de trace... Ont-ils été supprimés ?




Extrait:


« Il m'était apparu alors que le monde était plein de trous, des trous dans lesquels on pouvait tomber, être englouti à jamais. J'avais du mal à comprendre la différence entre disparition et mort. A mes yeux, c'était la même chose, les deux laissaient des trous. Des trous dans le coeur. Des trous dans la vie. Il n'était pas difficile de se rendre compte de leur nombre. L'apparition d'un nouveau trou était évidente.




Mon avis:

Comme beaucoup de chroniqueurs Gallimard Jeunesse, je viens vous faire part aujourd'hui en avant première mon avis sur Une planète dans la tête de Sally Gardner. Encore une fois je voudrais remercier les éditions Gallimard Jeunesse de m'avoir donné l'occasion de découvrir ce livre. Bon alors je viens à peine de finir ce livre, mon avis sur ce livre est donc toute fraiche. Pour tout vous dire, je suis plutôt mitigée sur ce livre. Je ne connaissais pas l'écriture de Sally Gardner avant ce livre autant vous dire que je ne peux pas juger sur ces autres livres. Je ne jugerais son écriture uniquement sur ce livre.


Résumons un peu. L'histoire est narrée par un jeune homme de quinze ans, Standish Treadwell. Ce jeune homme est un peu particulier, en effet en plus d'être dyslexique ; il est également particulier physiquement. Le jeune homme dispose d'un œil bleu et d'un œil marron. Il ne rentre pas dans le moule de son époque. L'histoire se passe lors de l'année 1956. Nous allons au court de l'histoire suivre la vie de Standish et de son ami Hector.  Cependant du jour au lendemain Hector et ses parents vont disparaitre. Standish ne comprend pas directement ce qu'il se passe, mais nous allons au court du livre découvrir un énorme mystère et secret.


Alors, alors, alors. Que dire. Dès la vue de la couverture, j'ai été assez perplexe. Je pensais tomber dans quelque chose d'assez enfantin, assez sobre et surtout dans un univers belle et bien dystopique. Or c'est une uchronie. J'avoue que c'est ma première uchronie, et celle ma plutôt gênée. Pourquoi tout simplement parce que je suis très attaché aux faits réels de l'histoire. Encore plus quand ceux-ci concernent l'Allemagne. Car ce n'est pas une histoire uniquement science-fiction, il y a une grande base de faits réels. Sally Gardner fait beaucoup d'allusions. Notamment à la seconde Guerre Mondiale lorsqu'elle parle de guerre et de bombardements. Mais elle parle également de la vie après en Allemagne. Dans un passage du texte, l'auteur nous montre un pays divisé en deux où passe un mur au milieu. L'autre chose qui m'a fait énormément penser à l'Allemagne, est lorsqu'elle nous parle « d'espions », en effet en Allemagne de l'Est il y en avait beaucoup. Qui faisaient tout pour montrer au régime qu'ils étaient de leurs côtés en dénonçant leurs voisins. Il est donc plus que flagrant que l'auteur a pris une grande partie de l'Histoire Allemande pour baser son histoire.


Bien évidemment l'auteur l'a détournée. Car elle parle de secteur 7, 1 etc. La première fois que j'ai regardé la quatrième de couverture j'ai remarqué que ce livre était pour les plus de treize ans. Je dois avouer que désormais cela me dérange, car je ne pense pas qu'il soit fait a partir de cet âge. Il serait plus approprié pour des adolescents de plus de quinze ans, car ils sont un peu plus capable de comprendre les allusions à la Seconde Guerre Mondiale, à la Guerre froide, à l'Allemagne divisé et à l'horreur qui pour cela était produite. Ce qui peut-être dérangeant en effet est que parfois l'auteur donne des détails assez sanglants pour treize ans. Ce n'est pas si gore mais disons que cela pourrait déranger certains adolescents de cet âge.


Parlons écriture désormais. Je ne dis pas que je n'ai pas aimé ce livre, bien au contraire disons que certaines choses m'ont dérangés. Notamment le tic de répétitions. Je n'ai pas compté mais je peux vous dire que l'auteur emploie plus de trente fois l'expression « Merde à la puissance mille ! ». Au début cela ne me dérangeait pas trop, mais lorsque cela revient trop souvent, cela commençait à réellement m'embêter pour rester polie !!! Sinon l'écriture est très fluide, très simple. Cela est permis notamment grâce aux très courts chapitres. Ces derniers ne font pas plus en général de quatre pages. Certains ne font même qu'un paragraphe ! La lecture se fait donc de manière extrêmement rapide. Pour vous dire, j'ai lu les deux cents cinquante six pages en à peine trois heures.


L'auteur écrit vraiment de manière fraiche, originale. Je me suis beaucoup attaché à Standish, car c'est un jeune homme différent des autres mais qui ne se laisse pas abattre pour autant, bien au contraire. Il est extrêmement courageux, puisqu'il prend la défense des plus faibles. C'est un livre très touchant et surtout émouvant. J'ai fini le livre avec les larmes aux yeux, malgré les déceptions que j'avais pu rencontrer.
En ce qui concerne mes points positifs, il se trouve et oui qu'il y en a quand même. Tout d'abord j'aime beaucoup les thèmes qu'aborde l'auteur. La violence, la loi du plus fort, la différence, le respect de l'autre et la dictature. En effet l'auteur nous parle ici de ce que peut ressentir quelqu'un qui se trouve être la victime à cause de sa différence, de ces croyances... Il est également question de loi du plus fort, mais surtout d'avoir le courage de défendre les plus faible. Cette partie m'a beaucoup touché. C'est d'ailleurs grâce à ces thèmes et l'écriture de l'auteur que j'ai beaucoup aimé ce livre.

Mon avis. C'est un livre que j'ai apprécié, je n'ai pas boudé mon plaisir. Mais pour moi ce n'est certainement pas le livre de l'année. Je ne suis pas fan des tics de langages, des livres avec des chapitres aussi courts... Cependant j'ai beaucoup apprécié le style de l'auteur, son écriture, sa manière d'écrire les faits, les sentiments etc. Un dernier petit coup de gueule pour la fin, je pense qu'un autre format serait nécessaire car jamais je n'aurais payé 16 euros pour une lecture en trois heures. Je pense que cela passerait beaucoup mieux format poche. Voila. Bien évidemment ce n'est que mon avis.


Une planète dans la tête, de Sally Gardner chez Gallimard Jeunesse
 
 
Votre avis?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire