vendredi 28 mars 2014

La fille du papillon, de Anne Mulpas chez Sarbacane

La fille du papillon, de Anne Mulpas chez Sarbacane
 Titre : La fille du papillon
 Auteur : Anne Mulpas
 Editeur :  Sarbacane
 Collection :  X'Prim
 Date de sortie :  3 mars 2008
 Nb de pages : 197 pages
 Prix : 15€00


Quatrième de couverture :
Solveig, 16 ans, n'a rien d'une fille « girly » : dans le journal intime qu'elle a commencé, elle ne compte pas s'étendre en ragots. C'est sa rencontre avec un garçon – un garçon si spécial qu'elle l'a surnommé « le Monde » – qui a déclenché chez elle ce désir d'écrire. Fille d'un veuf un peu volage (papillon, donc !), elle apprend peu à peu, à force d'erreurs et de crises, à savoir quelle femme elle va devenir.


Extrait :

Je dis OK, pas de problème. Et puis, je tourne les talons et je m'en vais tout en espérant très fort qu'il me coure après. Quitte ou double, la vie est un pari ! Mon cœur cogne très fort à chaque pas que je fais et puis, ouf ! Il se rapproche, il me rattrape, il me saisit par le bras et dit qu'il prendra le train suivant. Je souris imperceptiblement, mais au fond je suis ravie.



Mon avis :

Et oui encore une nouvelle lecture, je dois dire que ça aide d'être en vacances car j'ai réellement le temps de lire et surtout d'en dire ce que j'en ai pensé. Aujourd'hui je me dois de remercier encore une maison d'édition. En effet ce livre m'a était envoyé par Sarbacane que je remercie infiniment. En effet lorsque j'ai vu ce livre sur le site, de un j'ai adoré la couverture qui est juste magnifique, de deux le résumé me faisait vraiment envie. Surtout que j'avais également choisi « Le 'journal infirme' de Clara Muller », j'ai donc pu comparer deux sortes de récit style « journal intime ».
 
Résumons un peu. Et voilà comment Solveig a décidé de débuter un journal intime. Mais attention : le "girly ", les ragots et les jérémiades, ce n'est pas son style. Alors, pourquoi s'y mettre ? Entre autres choses, à cause d'un garçon si spécial qu'elle l'a surnommé " le Monde ", de son père, veuf et volage - papillon, donc ; de son amitié trouble avec la Ni... Non, Solveig ne manque pas de bonnes raisons de
commencer un journal... ni de fantaisie pour le remplir !
 
Commençons de suite par la protagoniste de ce roman. Solveig, 16 ans, vivant à Reims. Bon alors vous me direz pour une fois qu'une histoire jeunesse ce passe en France et bien oui c'est le cas. En ce qui concerne notre personnage, il y a eu des moments où j'avais l'impression de totalement la comprendre et d'autres où je ne savais pas où elle allait, voir même envie de lui donner des baffes. Si vous voulez, elle pouvait être aussi bien censée qu'hystérique et colérique. Alors je sais que cela est censé peindre l'adolescence à merveille mais j'ai trouvé que c'était exagérer car je n'aurais pas fait certaines choses qu'elle a faites. Qui plus est le manque de respect envers son père m'a un peu choqué car c'est quelque chose que je ne tolère pas dans la vie de tous les jours donc encore moins dans les livres.
 
En ce qui concerne l'écriture du livre, je trouve que c'est le point fort. C'est-à-dire que dès les premières pages on est totalement charmer par cette écriture qui ne ressemble en rien à l'écriture pour adolescents. Ce que je veux dire c'est que parfois dans les livres young-adult, jeunesse, les auteurs essayent d'écrire simplement, sans forme particulière tandis que dans celui-ci c'est extrêmement poétique, ample, romantique, réfléchi. J'ai adoré. Ce livre m'a vraiment émue par son côté poétique, romantique. Je pense que les parties de crises ne sont pas faites pour être aimer, mais l'écriture reste la même. Ce qui reste fidèle au fil conducteur du livre et ça j'aime.
 
Pour l'intrigue et bien malheureusement il n'y en a pas. C'est-à-dire d'Anne Mulpas décide tout simplement de faire écrire sa protagoniste au moment où elle en a besoin. C'est-à-dire que certes il n'y a rien qui fait le livre, pas de révélations, pas de grands évènements mais c'est uniquement le besoin de l'adolescente de se libérer, de s'exprimer, dire son mal être et se sentir mieux par la suite. J'aurais préféré en effet peut-être UNE révélation qui aurait changé le cours de l'histoire or ce ne fut pas le cas.
 
Mon avis. J'ai beaucoup apprécié ce petit roman, en effet si je dis petit c'est que le roman ne fait que 197 pages et qu'il se lit très rapidement. J'ai adoré son côté poétique, romantique, adolescent, simple, fluide et surtout son côté « professionnaliste ». C'est-à-dire que l'auteur ne nous fait pas sentir plus jeune mais au contraire écrit comme si elle parlait à d'autres adultes sur la vie d'adolescent et ça j'apprécie beaucoup. En bref je vous conseille ce petit moment poétique à lire.
 
La fille du papillon, de Anne Mulpas chez Sarbacane

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire