vendredi 22 août 2014

Je vous demande le droit de mourir, propos receuilli par Frédéric Veille chez les Editions Retrouvées

Je vous demande le droit de mourir, propos receuilli par Frédéric Veille chez les Editions Retrouvées
 Titre : Je vous demande le droit de mourir
 Auteur : propos receuilli par Frédéric Veille
 Editeur : Editions Retrouvées
 Collection : Récit
 Date de sortie : 2013
 Nb de pages : 192 pages
 Prix : 11€00



 QUATRIEME DE COUVERTURE :
 
«Monsieur Chirac, je vous demande le droit de mourir...» Cette supplique, datée du 30 novembre 2002, s'adressait au président de la République française, qui ne pouvait y répondre favorablement puisque la loi, en France, n'autorisait pas l'euthanasie.
Et pourtant... Lorsqu'on lit le message bouleversant que nous a envoyé Vincent Humbert depuis son lit d'hôpital de Berck, on ne peut qu'être troublé : quand la médecine ne peut plus rien pour vous, quand vous n'êtes plus que le spectateur impuissant de vos tortures, pourquoi vous serait-il refusé (toutes considérations religieuses mises à part) d'en obtenir la fin ? La fin d'un supplice : c'est ce que Vincent souhaitait, avec détermination et avec des arguments terribles. Il lance dans ce livre un appel pathétique.





❧ EXTRAIT :
 
Avoir alerté l'opinion publique, avoir crié aux gens ma douleur, mon envie de ne plus vivre ce que je vis et ce que je fais vivre à mes proches, m'a soulagé. Mais je n'ai rien obtenu d'autre. Pis encore, tout cet épisode médiatique, nécessaire pour qu'enfin en haut lieu ils comprennent un jour que faire durer des gens comme moi est un crime, n'a fait que reculer l'échéance. Car je veux toujours que l'on mette fin à mes jours. Oui, je persiste : je veux mourir parce que cette vie de merde qu'on me fait vivre depuis mon accident, je n'en peux plus, je n'en veux plus, ce n'est pas une vie





❧ MON AVIS :
 
C'est moi. Je suis de retour avec une chronique qui va m'être extrêmement difficile à écrire. Je tiens à remercier chaleureusement leséditions Retrouvées pour cet envoi et tout particulièrement Francesca. Honnêtement je suis honoré d'avoir eu l'occasion de lire ce livre. Comme j'en avais déjà parlé dans ma vidéo Unboxing/IMM, j'avais entendu parler de ce livre grâce à Claudia de Lecture de livres. Si j'ai dit plus haut que cette chronique me serait difficile à chroniquer, c'est principalement car il s'agit d'un témoignage. J'ai beaucoup apprécié ce livre.

Résumons un peu. " Monsieur Chirac, je vous demande le droit de mourir..." Ce supplice, daté du 30 novembre 2002, s'adressait au président de la République française, qui ne pouvait y répondre favorablement puisque la loi, en France, n'autorise pas l'euthanasie. Et pourtant ... Lorsqu'on lit le message bouleversant que nous envoie Vincent Humbert depuis son lit d'hôpital de Berk, on ne peut qu'être troublé : quand la médecine ne peut plus rien pour vous, quand vous êtes le spectateur impuissant de vos tortures, pourquoi vous serait-il refusé (toutes considérations religieuses mises à part) d'en obtenir la fin ? La fin d'un supplice : c'est ce que Vincent souhaite, avec détermination et des arguments terribles ... En attendant, veillé quotidiennement par une mère-pietà dont l'amour et le dévouement n'ont d'égale que sa propre douleur et assisté par un ami avec lequel il communique par signes, il lance dans ce livre un appel pathétique. Pour que les condamnés de la vie puissent obtenir, s'ils le réclament, une libération dans la dignité.

Si je suis autant perplexe pour écrire cette chronique, c'est que pour une fois je me dois d'exprimer mon opinion sur un point « politique ». Cependant si vous souhaitez en discuter je n'y vois inconvénient, mais je ne souhaite pas que cela tourne au pugilat. Bon alors que ce soit bien clair, je suis tout à fait d'accord avec l'euthanasie. C'est donc en accord avec le jeune homme, Vincent Humbert que je me lançai dans la lecture de ce livre.

Parlons de suite de l'écriture car c'est ce qui nous intéresse le plus je pense. Je dois dire que la personne qui a retranscrit les mots de Vincent, Frédéric Veille à su nous retranscrire à merveille ce que ressentais ce jeune homme dont la vie fut brisée par un accident de la route. Même si l'on se doute que ce dernier à retravailler un peu ces paroles, j'avais l'impression que les phrases et les mots étaient sortie tout droit de la bouche du jeune homme. De plus il ne m'a fallu que cinq pages avant d'avoir les larmes aux yeux et ce jusqu'au bout du livre. On ressent tout de même que ce sont des phrases retravaillés mais dans certaines formulations on voit l'influence du jeune homme. Et c'est en ça que j'ai apprécié finalement.

En ce qui concerne l'histoire et bien elle est réaliste puisqu'il s'agit du l'histoire du jeune homme. On va donc suivre certains évènements arrivés après son accident jusqu'à environ septembre 2003. Soit peu de temps avant que ce dernier ne meurent. Je trouve que l'histoire a été plutôt bien menée tout au long de ces 182 pages. Je ne me suis à aucun moment ennuyé à suivre l'histoire de ce jeune homme ayant le même âge que j'ai aujourd'hui. J'ai été extrêmement touché par son combat et adhère totalement à son point de vue.

Mon avis. Je conseille ce livre à tout le monde car c'est une belle leçon de vie mais qui remets en question le système français en ce qui concerne l'euthanasie. C'est une histoire poignante où les larmes ne cessent de perler aux coins de nos yeux. Je pense que ce livre paye à être lu.





❧ NOTATION :


Je vous demande le droit de mourir, propos receuilli par Frédéric Veille chez les Editions Retrouvées

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire