vendredi 24 octobre 2014

La fille qui se noie, de Caitlin R. Kiernan chez Panini Books

La fille qui se noie, de Caitlin R. Kiernan chez Panini Books



 Titre : La fille qui se noie
 Auteur :Caitlin R. Kiernan
 Editeur : Panini Books
 Collection : Eclipse
 Date de sortie :12 Juin 2014
 Nb de pages : 463 pages
 Prix : 20€00






« Je vais écrire une histoire de fantômes.
Une histoire de fantômes avec une sirène et un loup. »

Ainsi commence le récit d'India Morgan Phelps.
Schizophrène, tout comme sa mère et sa grand-mère avant elle, Imp ne peut faire confiance à sa perception de la réalité et seuls les médicaments l'aident à garder le contrôle. Pour exprimer ses troubles intérieurs, elle décide d'écrire un roman, ou une autobiographie, ou une fiction... elle ne peut faire la différence. Seule l'écriture lui permet d'entrevoir la vérité qui se cache derrière les étranges rencontres qu'elle fait : une cruelle sirène, une louve sans défense, ou encore la mystérieuse Eva, qui ressemble à s'y méprendre à la femme d'un tableau de 1898 qui fascine Imp depuis ses 11 ans. Mais cette femme existe-t-elle vraiment ? Qui sait ce que la schizophrénie de Imp lui fait voir ?
Tour à tour journal intime, récit autobiographique et histoire de fantômes, La Fille qui se noie est un roman unique qui se perd entre réalité, imaginaire et folie. Un voyage dans la psyché humaine et la démence qui ne laissera personne indemne.






Alors, alors. Je suis de retour avec une nouvelle chronique. Cela fait un moment que je retarde la lecture de ce livre, car je dois avouer il m'effrayé pas mal. Je tiens d'ailleurs à remercier les éditions Panini pour cet envoi, car je ne pense pas que je l'aurai lu si ce n'était pas en service presse. Honnêtement le titre fait un peu peur, le résumé peut-être peu convaincant et autant être honnête jusqu'au bout je n'ai pas du tout accroché avec le livre. Je pensais que j'aimerais le côté mélange entre la réalité et le côté schizophrène, mais ce ne fut pas le cas.

Résumons un peu. Morgan Phelps est schizophrène. Elle a de qui tenir, puisque sa mère et sa grand-mère souffraient toutes les deux de troubles mentaux et ont mis fin à leurs jours. Les médicaments l'aident à garder un semblant de contrôle et pour tenter de comprendre les événements qui ont bouleversés sa vie, elle entreprend de rédiger un récit autobiographique, qui va curieusement prendre la forme d'une histoire de fantômes. C'est le meilleur moyen qu'elle a trouvé pour faire partager ce qui la hante... Car India semble obsédée par sa rencontre avec Eva Manning, une femme qui ressemble trait pour trait au tableau qui l'obnubile depuis son enfance, La fille qui se noie. Elle a déjà vu Eva par le passé, sous la forme d'un fantôme d'un loup-garou... A moins qu'elle ne l'ait jamais vu. Qui sait ce que sa schizophrénie lui fait voir ? Tour à tour, journal intime, autobiographie et histoire de fantôme, La Fille qui se noie est un ouvrage unique, entre réalité, imaginaire et folie.

D'habitude je suis plutôt une adepte du mélange réalité et fantastique mais pour une fois ce ne fut pas le cas. Malheureusement pour moi, ce livre fut une déception.

Je me dois de pointer dès le départ ce qui m'a dérangé. Et pour moi cela à commencé dès le départ. Je n'ai pas du tout accroché à l'histoire et la manière dont l'amène l'auteur. Je m'explique. L'auteur nous amène à l'écriture de Imp, cependant un coup elle écrit en « je », puis elle passe d'un seul coup en parlant d'elle à la troisième personne. Et ça m'a totalement perdue, je ne savais plus qui parlait, ce qu'il se passait... De plus je n'ai pas compris l'histoire tout simplement, il n'y avait pas réellement d'intrigue et comme vous le savez depuis un moment maintenant c'est quelque chose dont j'ai horreur. Je n'ai pas réussi à m'intéresser à cette histoire, ni au personnage, ni à l'écriture de l'auteur...

Il est vrai qu'à certains moments on arrive tout de même à ressentir de la tendresse pour Imp, on la trouve touchante, courageuse, on aime sa manière de voir la vie... C'est le côté du positivisme un peu. J'ai également beaucoup apprécié le fait que l'auteur nous donne pas mal de références littéraires et artistiques, cela prouve qu'elle a tout de même fait des recherches. Bon par contre je n'ai pas aimé devoir chercher sur google, mais ce n'est qu'un détail. Je pense que des petites images comme notamment le tableau de « La fille qui se noie » aurait je pense été une bonne idée. Il est vrai que faire ces recherches ralentissent encore la lecture.

Mon avis. L'univers de ce livre est vraiment noir, intriguant, sombre. Mais je pense qu'il y a une idée de recherche sur l'univers de la schizophrénie, l'univers de l'art, l'univers de la littérature... bref un mélange qui aurait pu être intéressant si mieux traiter au niveau du point de vue. Je pense que si tout était écrit à la première personne ou la troisième personne cela ne m'aurait pas gêné mais pas les deux ensembles. Quoi qu'il en soit pour moi ce fut une déception, mais si vous voulez un univers noir, irréaliste... il pourrait vous plaire. Je tiens à préciser que ce livre n'est pas nul, c'est juste que ce ne fut pas un livre pour moi mais peut-être sera-t-il pour vous.




❧ NOTATION :



La fille qui se noie, de Caitlin R. Kiernan chez Panini Books

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire