vendredi 10 juillet 2015

Journal d'une toquée, de James Patterson & Lisa Papademetriou chez Hachette

Journal d'une toquée, de James Patterson & Lisa Papademetriou chez Hachette


 Titre : Journal d'une toquée
 Auteur :James Patterson & Lisa Papademetriou
 Editeur : Hachette
 Collection : Hors-Série
 Date de sortie :13 Mai 2015
 Genre :Jeunesse
 Nb de pages : 272 pages
 Prix : 13€90


 QUATRIEME DE COUVERTURE :
 
«Moi, Margaret Clarke, surnommée « La Toquée », je repars de zéro. Entièrement de zéro. Grâce à ce journal. Autant être franche avec vous, je me suis lancée dans l'écriture alors que j'étais « en observation » dans un service psychiatrique. Avant de céder à la pitié et de croire que vous allez avoir droit à un livre d'horreur dont « l'intrigue » est que la fille tourne folle, que ses adorables potes zarbi de l'asile pètent un câble et tentent de la tuer, sachez que ce séjour chez les « Toc-toc » n'a pas été trop affreux. On a été plutôt sympa avec moi. On m'a même trouvée fascinante ! Après dix jours chez les dingues, j'ai fini par conclure que je n'étais pas plus cinglée que la plupart des ados que je connais. J'étais juste furax. Surtout après ma mère. Qui avait disparu un mardi après-midi sans mot ni bisou..»



❧ MON AVIS :
 
Alors alors, avant de commencer je tiens comme d'habitude à remercier les éditions Hachette pour cet envoi. J'avais vu ce livre sur le communiqué de presse et je m'étais dit que cela pouvait être sympa. Avant de lire ce livre je ne savais rien dessus, je ne l'avais vu nul part sur les blogs. Quant à aux auteurs et bien je n'ai jamais lu de livre de James Patterson et mon premier de livre de Lisa Papademetriou remontre a à peine deux semaines. Autant vous dire que je ne la connaissais que très peu. En ce qui concerne ce livre, je l'ai trouvé sympathique mais sans plus.

Résumons un peu. Moi, Margaret Clarke, surnommée « La Toquée », je repars de zéro. Entièrement de zéro. Grâce à ce journal. Autant être franche avec vous, je me suis lancée dans l'écriture alors que j'étais « en observation » dans un service psychiatrique. Avant de céder à la pitié et de croire que vous allez avoir droit à un livre d'horreur dont « l'intrigue » est que la fille tourne folle, que ses adorables potes zarbi de l'asile pètent un câble et tentent de la tuer, sachez que ce séjour chez les « Toc-toc » n'a pas été trop affreux. On a été plutôt sympa avec moi. On m'a même trouvée fascinante ! Après dix jours chez les dingues, j'ai fini par conclure que je n'étais pas plus cinglée que la plupart des ados que je connais. J'étais juste furax. Surtout après ma mère. Qui avait disparu un mardi après-midi sans mot ni bisou.

Tout d'abord, venons en à ce qui intéresse beaucoup d'entre vous, les dessins. En effet, le journal de Margaret dites Cookie est énormément illustré. Il n'y a pas une seule page sans illustration. Ce qui en soit est une bonne idée pour les plus jeunes. Cependant je n'ai pas du tout accroché à ces derniers, car ils sont pour moi beaucoup trop brouillons, trop sombres, trop complexes. De plus parfois des textes sont inclus dans des bulles, mais qui sont difficile à lire j'ai trouvé (où bien suis-je bigleuse). Quoi qu'il en soit ce n'est pas ce qui m'a particulièrement plu dans ce livre.

A présent parlons des personnages. Nos personnages principaux sont une bande d'adolescents. Margaret dites Cookie, Katie dîtes La-tronche, Pustule, Dieu-du-stade, Triple-Zéro et Nem. Je crois que je n'ai oublié personne. Au départ nous suivons la vie de Cookie puisque c'est son journal intime. C'est une jeune fille avec quelques soucis personnel et qui pour cause de chagrin (sa mère l'ayant abandonné du jour au lendemain) va se retrouver dans un hôpital psychiatrique puis revenir habiter chez sa voisine. Comme vous pouvez le voir pas facile. Ce personnage m'a laissé perplexe, aussi bien elle pouvait être charmante, touchante, attachante, compatissante qu'aussi énervante, à en faire des tonnes... J'ai apprécié le fait qu'elle soit toujours là pour ces amis etc, mais parfois je me disais mais pourquoi? Pour les autres personnages je ne sais pas trop quoi en pensé, mise à part que je me suis identifié au personnage de Katie à stresser pour les exams etc. Autre chose, il y a un personnage qui n'est juste pas possible pour moi: Winnie Quinn. Leur prof de science qui aurait soit disant 17 ans et qui viendrait tout juste de sortir de MIT!!!! Autant vous dire que cela est rare et que lorsqu'en général un génie sort de MIT, il ne fait certainement pas prof au lycée. Ce n'était donc juste pas possible avec moi.

L'histoire et l'intrigue maintenant. L'histoire n'est pas si extraordinaire que ça, puisque finalement on suit juste la vie de Cookie au lycée et les événements qui vont s'y passer. Mais j'ai envie de dire que c'est du vue et revue. Tout les événements qui leur arrive sont déjà arrivée dans d'autre histoire et la manière dont c'est amenée, cela ne m'a pas du tout surprise. C'est vraiment dommage je m'attendais à beaucoup plus. Le seul point original est l'idée de la beuglante. Un autre point qui m'a un peu dérangé, c'est la manière dont décrit les auteurs l'idée de folie. C'est-à-dire que de mon point de vue, c'est comme si ils disaient que c'est normal d'être fou, de prendre des médicaments... Or ça ne l'est pas et justement lorsque l'on est adolescent.

La narration écrite par les deux auteurs est quant à elle pas désagréable. Cela se lit extrêmement facilement et rapidement. Notamment du fait que les chapitres sont courts. La narration est simple, légère, avec des convictions et une envie de faire respecter la différence de chacun. On ressent que les auteurs ont voulu chercher des idées un peu poussé pour amener les jeunes à réfléchir sur la tolérance, le respect...

Mon avis. Malheureusement ce livre n'a pas su me convaincre aussi bien du point de vue des dessins, des personnages que de l'histoire. La narration est en soi bonne, cependant le reste n'est pas assez travaillé et c'est bien dommage car je pense qu'il aurait pu apporter bien plus.


❧ NOTATION :


Journal d'une toquée, de James Patterson & Lisa Papademetriou chez Hachette

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire