lundi 15 août 2016

La femme du gardien de zoo, de Diane Ackerman chez L'Archipel

La femme du gardien de zoo, de Diane Ackerman chez L'Archipel

 Titre : La femme du gardien de zoo
 Auteur :Diane Ackerman
 Editeur : L'Archipel
 Collection : Romans
 Date de sortie :6 Janvier 2016
 Genre :Historique
 Nb de pages :350 pages
 Prix : 22€00
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« Jan et Antonina Zabinski dirigent le zoo de Varsovie quand éclate la Seconde Guerre mondiale. La Pologne est envahie et bientôt règne la barbarie.
Les animaux ont été tués sous les bombardements, envoyés à Berlin ou ont servi de gibier aux officiers allemands. Jan et Antonina se mettent alors à élever des porcs – officiellement pour les troupes, officieusement pour nourrir les habitants du ghetto. Surtout, ils profitent d'un réseau de souterrains reliant les cages pour y cacher des juifs et les faire quitter le pays... Grâce au courage de ce couple, trois cents d'entre eux seront sauvés. Inspiré du journal intime d'Antonina Zabinski, ce récit retrace le combat d'un couple soucieux de la cause animale qui s'engage dans une lutte secrète contre l'oppression nazie. Un très beau portrait de femme, où l'abnégation et la générosité côtoient la cruauté et l'horreur. »
 
❧ MON AVIS :

Comme vous le savez surement depuis le temps (enfin si vous me suivez depuis longtemps), je suis une grande amatrice de lecture sur la Seconde Guerre Mondiale. Lorsque les éditions Archipel m'ont proposé cette lecture, je ne pouvais donc pas refuser. Je n'avais jusque-là jamais entendu parler de cette auteure ou bien même de ce livre. Mais cela m'importait peu puisque le sujet m'intéressait beaucoup. L'histoire était intéressante mais malheureusement, quelques points négatifs ont quelques peu gâché ma lecture. Je remercie toutefois les éditions Archipelpour cet envoi.

Résumons un peu. Jan et Antonina Zabinski dirigent le zoo de Varsovie quand éclate la Seconde Guerre mondiale. La Pologne est envahie et bientôt règne la barbarie. Les animaux ont été tués sous les bombardements, envoyés à Berlin ou ont servi de gibier aux officiers allemands. Jan et Antonina se mettent alors à élever des porcs – officiellement pour les troupes, officieusement pour nourrir les habitants du ghetto. Surtout, ils profitent d'un réseau de souterrains reliant les cages pour y cacher des juifs et les faire quitter le pays... Grâce au courage de ce couple, trois cents d'entre eux seront sauvés. Inspiré du journal intime d'Antonina Zabinski, ce récit retrace le combat d'un couple soucieux de la cause animale qui s'engage dans une lutte secrète contre l'oppression nazie. Un très beau portrait de femme, où l'abnégation et la générosité côtoient la cruauté et l'horreur.

Parlons dans un premier temps des personnages. Je dois dire que j'ai été beaucoup touché par nos deux personnages principaux Jan et Antonina Zabinski. On voit leur vie heureuse à Varsovie se transformer petit à petit, à cause de la guerre. On les voit tout perdre et devoir trouver des solutions pour vivre tout en gardant leurs principes. C'est ce qui m'a touché chez eux. Même s'ils ont perdu leur zoo, leur vie tranquille ; ils vont quand même faire leur possible pour aider d'autres personnes en temps de guerre. Ce sont des personnages touchants, attachants, courageux, altruiste et généreux. Ils mettent leur famille en danger afin d'aider plusieurs centaines de juifs à s'enfuir. Cela m'a beaucoup touché. 

Venons-en à l'histoire. J'ai beaucoup apprécié le côté que ce soit une histoire vraie. Cependant j'ai eu un petit souci avec le récit. C'est-à-dire que pour moi, soit on en fait un récit romanisé, soit un témoignage du début à la fin... mais pas un mélange des deux. Je m'explique dans ce livre l'auteur commence à nous raconter l'histoire (avec une narration tout ce qu'il y a de plus normal), puis d'un seul coup intervient le « comme nous pouvions le lire dans le journal de Antonina ». Cela aurait été écrit une seule fois pour nous faire comprendre que cela venait du journal d'Antonina, cela ne m'aurait pas dérangé, cela j'ai dû lire cette phrase je ne sais combien de fois. Et c'est cela qui m'a beaucoup bloqué, car cela me perdait. Je savais que c'était une histoire vraie, mais du coup le fait de retrouver cette phrase était beaucoup trop « répétitif ». Cela m'a gêné et freiné plus d'une fois. Au bout d'un moment je me demandais ce qui était vrai ou romanisé par l'auteur et ce n'est pas le genre de chose que j'ai envie de réfléchir dans ce genre de lecture. Pour l'écriture de l'auteur, je la trouve plutôt plaisante et facile à lire. Mais ce mélange de narration fut vraiment perturbant. En tout cas pour ma part.

Mon avis. J'ai beaucoup apprécié les personnages de cette histoire. Cependant je dois dire que le problème de narration changeante m'a beaucoup dérangé et freiné dans l'appréciation de ma lecture. C'est peut-être bête, mais lorsqu'il s'agit d'historique (pour ma part) ; j'aime quand c'est soit juste romanisé ou bien juste témoignage. Et non le mélange des deux comme dans ce livre. Je pense cependant que cela peut plaire a beaucoup de monde sans soucis. Si vous aimez les histoires de seconde guerre mondiale, mélangeant fiction et réalité ; cette histoire est faite pour vous..
 
❧ NOTATION :

La femme du gardien de zoo, de Diane Ackerman chez L'Archipel

1 commentaire:

  1. Il me donne bien envie depuis un moment ! Et ta chronique me donne encore plus envie :)

    RépondreSupprimer