samedi 10 février 2018

Au premier chant du merle, de Linda Olsson chez L'Archipel

Au premier chant du merle, de Linda Olsson chez L'Archipel

 Titre : Au premier chant du merle
 Auteurs :Linda Olsson
 Editeur : L'Archipel
 Collection :Romans
 Date de sortie :10 Février 2016
 Genre :Contemporain
 Nb de pages :300 pages
 Prix : 20€00
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« Déception sentimentale ? Lassitude de vivre ? Élisabeth Blom s'est retirée du monde. Sitôt installée dans sa résidence de Stockholm, elle a débranché la sonnette et fermé sa porte à double tour. Porte à laquelle Elias, son voisin, se décide un jour à frapper, pour lui remettre son courrier. Car lui aussi s'appelle Blom... Cet incident sortira-t-il Élisabeth de sa pénombre ? Ou faudra-t-il attendre un drame – et l'intervention inattendue d'Otto, libraire à la retraite – pour faire entrer la lumière dans son appartement ? Au seuil de l'été nordique, le chant du merle annonce les beaux jours. C'est le thème, vibrant, de la partition nouée par Linda Olsson pour ces trois solitudes. Éloge du premier pas, ce récit d'une rééducation sentimentale est aussi une invitation au voyage nommé lecture. »
 
 MON AVIS :

J'ai reçu ce livre il y a un petit moment maintenant. Je n'osai pas trop me lancer dans celui-ci car mes gouts de lecture ont pas mal évolué ces derniers temps. Toutefois, la semaine dernière je sortais d'une lecture un peu lourde et je souhaitais dès lors lire une histoire toute simple. Ce livre tomba donc à pique pour une lecture détente et sans prise de tête. Je remercie les éditions L'Archipel pour cet envoi. Je dois dire que je fus plutôt étonné de ma lecture. 

Résumons un peu. Déception sentimentale ? Lassitude de vivre ? Élisabeth Blom s'est retirée du monde. Sitôt installée dans sa résidence de Stockholm, elle a débranché la sonnette et fermé sa porte à double tour. Porte à laquelle Elias, son voisin, se décide un jour à frapper, pour lui remettre son courrier. Car lui aussi s'appelle Blom... Cet incident sortira-t-il Élisabeth de sa pénombre ? Ou faudra-t-il attendre un drame – et l'intervention inattendue d'Otto, libraire à la retraite – pour faire entrer la lumière dans son appartement ? Au seuil de l'été nordique, le chant du merle annonce les beaux jours. C'est le thème, vibrant, de la partition nouée par Linda Olsson pour ces trois solitudes. Éloge du premier pas, ce récit d'une rééducation sentimentale est aussi une invitation au voyage nommé lecture.

Parlons dans un premier temps des personnages. En ayant lu résumé seulement, je me suis demandé si j'allais vraiment apprécier nos personnages principaux. Notamment car j'avais peur que ce trio ne tombe dans un cliché. Je fus extrêmement surprise de voir que ce n'était pas du tout le cas. Nous avons donc ici trois personnages principaux : Elisabeth, Elias et Otto. Nous découvrons dans un premier temps Elisabeth, une femme d'une cinquantaine d'année ayant décidé de changer de vie et d'environnement. Toutefois celle-ci s'enferme dans sa bulle, malheureuse et n'ayant plus foi en l'homme. On la sent extrêmement fragile et touchante. Ce que j'ai aimé, c'est de découvrir l'évolution de ce personnage brisé. A l'aide des deux autres personnages, celle-ci va pouvoir se redécouvrir mais aussi redécouvrir la vie. En ce qui concerne le personnage de Elias, j'avais du mal à comprendre sa façon de penser, puis finalement petit à petit lorsque l'on apprend à le connaitre notre ressenti change. Personnellement je l'ai trouvé très touchant, très appréciable, attentionné, pleins de bonnes volontés. Ce qui complète parfaitement le personnage d'Elisabeth. L'auteur aurait pu se contenter de ses deux personnages, celle-ci a décidé de rajouter le personnage d'Otto. Celui-ci est un peu plus âgé que les deux autres protagonistes, mais il va en quelque sorte faire le lien entre ces deux personnages complétement différents. C'est également un personnage très attachant et touchant. On ne peut qu'apprécier la combinaison judicieuse faite par l'auteur. Il n'y a pas un personnage qui est de trop ou exagéré. 

Venons-en à présent à l'histoire, l'intrigue et l'écriture de l'auteur. C'est là où mon opinion risque d'être mitiger. En effet, je dois dire que dans l'ensemble j'ai plutôt bien apprécié l'histoire de par sa poésie. On ne peut qu'être toucher par l'histoire en elle-même, ces personnages attachants et touchants mais aussi par la thématique même de ce récit. Le message de l'auteur est qu'il faut savoir réapprendre à aimer et se laisser être aimer. Il faut savoir prendre des risques même si cela peut inclure parfois des retours de flammes imprévues. En soi l'intrigue était originale, mais je dois dire que j'ai trouvé le début très long à se mettre en place. Je n'ai commencé à apprécier l'histoire qu'au bout d'une centaine de pages. Toutefois ce qui m'a fait avancer, était le fait que je voulais savoir comment ses hommes allaient changer la vie d'une femme. Mais aussi bien entendu, la plume poétique, sensible, envoutante et attachante de l'auteur. Pour ma part elle a su me faire ressentir ce que pouvait sentir certains personnages mais uniquement après la centaine de pages du début. La chute m'a tout de même un poil déçu, je m'attendais à quelque chose de plus pousser. Nous n'avons d'ailleurs pas toutes les réponses à nos questions, ce qui est dommage.

Mon avis. Si vous appréciez les histoires remplies de poésie, de personnages attachants et touchants ; vous ne pourrez qu'apprécier ce livre. Ne vous attendez pas à une histoire ultracomplexe, mais c'est pour moi ce qui fait la beauté de ce livre. J'ai passé un bon moment malgré quelques petits défauts. Il est fort probable que je retente l'expérience avec cette auteure.
 
 NOTATION :

Au premier chant du merle, de Linda Olsson chez L'Archipel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire